Landmark Forum: Créer un Monde en Équilibre

Lorsque deux diplômés de Landmark Forum, Rene Gauthier et Andrew Paine ont lancé Zitka Society Conversation via une campagne de crowdfunding qui a atteint plus de $58000 de promesses de dons, cela représentait l’étape suivante dans l’engagement de leur vie pour créer un monde en équilibre et durable.

LWN-sitka1Sitka a été fondée par les deux compères en 2002, alors qu’ils étaient tous deux à l’université et vendaient des planches de surf faites à la main. Ils souhaitaient créer une marque de surf basée sur la côte ouest du Canada à une époque où le surf n’était pas en vogue dans le pays, selon les dires de Gauthier. Une fois qu’ils furent diplômés quelques années plus tard, ils rédigèrent un plan d’affaires quinquennal et diversifièrent leurs activités en vendant une large gamme de vêtements durables.

En 2014, ils embauchaient environ 50 employés, possédaient deux boutiques de vente au détail et vendaient en gros à des clients dans toute l’Amérique du Nord. Ils décidèrent d’analyser en détail le chemin que prenait la société et les employés se réunirent pour discuter des choses qui leur tenaient vraiment à cœur.LWN-Sitka-2-300x200

La réponse unanime fut la nature. Ce qui leur importait étaient de faire des produits durables et respectueux de l’environnement. Et c’est lors de cette retraite avec les employés que l’idée de Sitka de militer pour la nature est née.

C’est à cette époque, alors qu’il réfléchissait à la tournure que prenaient les événements, que Gauthier participa au Landmark Forum. Une des choses qu’il comprit était qu’il prônait l’intégrité dans les pratiques commerciale de Sitka alors que cette même intégrité manquait dans sa propre vie. Il se réconcilia avec son père, avec lequel il n’avait pas parlé depuis huit ans.

Il se rendit également compte que la compagnie devenait plus intéressée par les profits que par ses objectifs de durabilité et de communauté. C’est lorsqu’il participa au programme Self-Expression and Leadership de Landmark que naquit l’idée de la Sitka Society for Conservation (SSC), qui permettrait d’atteindre ces objectifs.

En tant que division à but non lucratif de Sitka, la SSC travaillera main dans la main avec d’autres groupes locaux pour soutenir leurs initiatives, notamment leur projet de développer un sanctuaire marin dans la mer du Grand Ours, soutenir les populations indigènes et assister une campagne de vote.

L’argent de la SSC servira aussi à former les employés des magasins Sitka à engager des conversations sur la conservation avec les clients, et à avoir un espace dédié dans les magasins pour que les employés puissent éduquer et sensibiliser la communauté aux problèmes de durabilité.

Ce mélange unique d’activisme à but non lucratif et de commerce à but lucratif peut sembler singulier mais ces deux activités tendent vers un but commun : un monde en équilibre.

Parallèlement, le projet de Paine dans le programme Self-Expression and Leadership, implique de protéger les populations de harengs décimées, une initiative qui sera à terme soutenue par la SSC.

Faire en sorte que les magasins supportent pleinement ces engagements de développement durable estune proposition incertaine car ce n’est pas vraiment un modèle commercial commun d’avoir une entreprise à but lucratif qui soit entièrement au service d’objectifs altruistes.

« Les gens nous demandent pourquoi nous faisons ça, et si c’est le bon moment de le faire, » déclare Gauthier. « Si ce n’est pas nous, qui va s’en charger ? Quel est le bon moment, pourquoi pas maintenant ? »

« Tout le monde doit comprendre ça, que notre système naturel a plus de valeur intact que disloqué, » lance Gauthier sur un ton passionné. « C’est comme ça qu’on saura si on a bien fait notre travail. »

Visitez la campagne de crowdfunding de la Sitka Society for Conservation pour contribuer ou pour en savoir plus.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *