Money Made Simple: un leader du Landmark Forum David Cunningham sur Canada Talks


Le leader du Landmark Forum David Cunningham était récemment l’invité de l’émissions « Moolala : Money Made Simple » avec Bruce Sellery sur la station Canada Talks de SiriusXM, dans laquelle ils ont discuté des interprétations que les gens ont de l'argent et de l'impact que cela a sur nos vies. La transcription a été légèrement modifiée pour plus de clarté.

BRUCE SELLERY : La signification de l'argent. J'ai longtemps cru que l'intuition prenait le dessus sur la connaissance lorsqu'il s'agissait de gérer son argent. Comprendre la façon dont nous pensons et nous comportons est bien plus important que de comprendre le code fiscal. Et en plus, c'est plus intéressant. Mais faire la lumière sur ces informations peut être difficile. Nous allons aujourd’hui examiner le faits qui concernent l'argent et nos interprétations de ces faits. David Cunningham est chef de programme chez Landmark Worldwide, une société de formation et de développement en croissance personnelle et professionnelle. Bonjour David.

DAVID CUNNINGHAM : Bonjour Bruce.

BRUCE SELLERY : La signification de l'argent varie d’une personne à une autre.
Pourquoi donc ?

DAVID CUNNINGHAM : Eh bien Bruce, à chaque fois que vous et moi vivons une expérience dans la vie, quand quelque chose nous arrive, que nous en soyons conscients ou non, juste après, nous interprétons ce qui s'est passé. Un exemple simple est quand nous parlons à quelqu'un et pendant que nous parlons à cette personne, elle regarde sa montre.

C'est ce qui se passe. Elle regarde sa montre. Nous en faisons une interprétation, quelque chose comme, « Oh, ce que je raconte ne l’intéresse pas ». Chacun de nous, en grandissant, a vécu différentes choses en rapport avec l'argent. Et, lorsque ces événements se sont produits, nous les avons interprétés. Nous avons créé des histoires
sur ces événements. Et longtemps après la fin de ces événements, en tant qu'adultes, nous avons un certain rapport avec l'argent. L'argent signifie quelque chose, et c'est une accumulation de toutes ces décisions, toutes ces interprétations, toutes ces histoires que nous avons inventées sur l'argent tout au long de notre vie suite à tous ces événements différents.

BRUCE SELLERY : Et pourquoi est-ce important ? Que se passe-t- il ? Pourquoi les interprétations sont-elles si importantes ?

DAVID CUNNINGHAM : C’est important pour deux raisons vraiment critiques, Bruce. La première, c'est ce que vous et moi pensons être possible. Ce que les gens pensent être possible. Ce n'est pas dicté par les faits de leur vie, ni par les circonstances, mais par leur point de vue sur ces circonstances. Voyez-vous, j'ai récemment couru un marathon, et j'ai couru à côté d'un homme qui n'avait pas de jambes. Il a fait tout le marathon dans un fauteuil roulant. Qu'est-ce qu'il nous a prouvé ? Il a prouvé que le fait d’avoir des jambes ou non ne détermine pas s'il est possible de faire un marathon. C'est votre point de vue sur cette circonstance. Il en est de même avec l'argent, en particulier avec l’argent, nous avons une vision forgée par les interprétations que nous avons accumulées au fil des ans. Et c'est cette vision de l'argent qui importe, pas l'argent que nous avons ou n'avons pas. C'est notre image de l'argent qui détermine ce que nous pensons être possible ou non pour nous-mêmes. C'est le premier point.

BRUCE SELLERY : Prenons le cas d’une dette de carte de crédit. Ici, la dette moyenne d’une carte de crédit est d'environ 3500 $. Et vous pouvez imaginer jusqu’où cela peut monter pour que la moyenne soit aussi haute. Si ceci est un fait, en appliquant votre façon très claire de voir les choses, quelles pourraient être les
interprétations de ce fait ?

DAVID CUNNINGHAM : Il peut y avoir deux façons d’interpréter la situation. La première serait de se dire, « Je ne suis vraiment pas bon pour gérer mon argent. J’ai vraiment un gros problème. »

BRUCE SELLERY : Vous êtes très poli dans la façon de le dire. Je pense que la voix intérieure des gens leur dirait plutôt, « nom de dieu, c'est un désastre ».

DAVID CUNNINGHAM : C'est vrai. L'autre façon de voir les choses serait de se dire, « Ce n'est pas trop grave. Ça va aller. C'est normal. » Mais quelle que soit la façon de voir les choses, cela reste deux des interprétations de cette dette de 3 500 $.

Et les gens ne réagissent pas à ce montant de 3500 $. Ils réagissent à leur interprétation. Donc, si l'interprétation est, « Je suis en difficulté », leurs émotions, leurs pensées, ce qu'ils pensent faire, ne pas faire, ce qu'ils pensent être possible ou non, tout cela sera en réponse à l'interprétation intitulée « Je suis en difficulté. » Par opposition à une réaction directe à « J'ai une dette de 3500 $. »

BRUCE SELLERY : Donc, si vous avez deux personnes côte à côte, avec exactement le même relevé de compte, ce qu’ils ressentent à propos de ce relevé de compte et ce qu'ils font pour rembourser cette dette pourrait résulter en des actions complètement différentes ?

DAVID CUNNINGHAM : Ce qui va déterminer leur action, c'est l'interprétation qu'ils en font, et non pas les 3500 $ eux-mêmes.

BRUCE SELLERY : Dans les programmes que vous dirigez, vous devez interagir avec des gens et les aider dans ce domaine particulier en permanence. Et ils doivent s'accrocher à leur opinion qu’ils sont mauvais pour gérer l'argent, ou qu’ils sont en difficulté. Ils doivent, j’en suis sûr, jurer qu’il n’y a pas d'autre interprétation possible que la leur.

Quand vous considérez votre interprétation comme une interprétation et non comme un fait, vous repartez sur de bonnes bases.

DAVID CUNNINGHAM : C'est vrai. Parfois, je dis aux gens de prendre un morceau de papier et de tracer une ligne verticale au milieu. En haut de la colonne de gauche, je leur demande d’écrire le mot « Faits ». Et en haut de la colonne de droite, d’écrire « Interprétations » ou « Histoires ». Et je leur demande ensuite de séparer
rigoureusement les faits des interprétations. Cela demande parfois beaucoup de rigueur. Vous savez que c'est un fait lorsque c'est indiscutable. Personne ne pourrait ne pas être d’accord avec ça. C’est évident.

C'est une interprétation quand d'autres personnes peuvent être en désaccord. C'est quelque chose de subjectif. Quelque chose est ajouté au fait. Il est essentiel que les gens parviennent à séparer ces deux choses.

BRUCE SELLERY : Et ensuite ? Une fois qu’ils ont séparé. Ils sont prêts à acheter ce que vous vendez. D'accord. C’est une interprétation mais il y en a peut-être d’autres.

Qu'est-ce qu'ils font ensuite, je ne sais pas, est-ce qu’ils peuvent aller au supermarche pour acheter une nouvelle interprétation ? Où peuvent-ils en trouver une ?

DAVID CUNNINGHAM : Eh bien, croyez-le ou non, mais je ne recommande pas de trouver une nouvelle interprétation. J'ai quelque chose de mieux.

BRUCE SELLERY : D'accord.

DAVID CUNNINGHAM : Lorsque vous considérez votre interprétation comme uneinterprétation et non un fait, vous repartez sur de bonnes bases. Si vous proposez une autre interprétation, supposons par exemple que votre première interprétation soit « Je suis en difficulté. » et que la personne comprenne que ce n'est qu’une interprétation et qu’elle décide d’envisager une interprétation dans laquelle elle se dit « Ce n'est pas trop grave. » Ce qu’il va se passer ensuite, c'est qu’elle va passer son temps à débattre de laquelle de ces interprétations est vraie.

BRUCE SELLERY : C’est vrai.

DAVID CUNNINGHAM : Bruce, ce qui est essentiel, c’est que les gens pensent qu'aucune d'elles n'est vraie. Ce sont toutes deux des interprétations, et par définition, aucune interprétation n'est vraie. Donc, si vous comprenez cela, et que vous vous dites « D'accord, le fait est que j’ai une dette de 3 500 $ ». Je ne vais faire aucune interprétation. Je vais simplement voir le fait tel qu’il est. Devinez quoi ? Vous repartez sur de bonnes bases à propos de ce montant de 3 500 $. Et vous remarquerez quelque chose. Vous remarquerez que vous retrouvez une tranquillité d'esprit. Vous vous sentirez libre. Et plutôt que de proposer une nouvelle interprétation à ce moment-là, Bruce, ce qui est préférable est d’inventer ou de créer une nouvelle possibilité pour vous. Comme une nouvelle possibilité d'être puissant et libre en vous disant, « Je peux être puissant avec de l'argent », ou « Je peux être créatif avec de l'argent ». C'est différent d'une interprétation. Cela consiste littéralement à dire que quelque chose de nouveau est possible, que vous ne pensiez pas être possible auparavant. Et cela ne se produit que lorsque vous faites table rase du passé.

BRUCE SELLERY : Quels sont les avantages que vous constatez sur les personnes qui participent à vos programmes ? Elles participent parce qu'elles ont vraiment un problème d'argent. C'est un problème énorme et inquiétant pour elles dans leur vie.

Elles reviennent vous voir. Vous les voyez la semaine suivante, ou le mois suivant, ou l'année suivante. Qu’est-ce qu’elles vous disent ? Hé, David, merci beaucoup de m’avoir montré la voie, c’est ce que j’en ai tiré.

DAVID CUNNINGHAM : Trois choses. Tout d’abord, elles ont une meilleure image de leur relation avec elles-mêmes. Vous savez, quelle qu’était leur situation de faiblesse, cela disparaît totalement. Deuxièmement, elles cessent de se disputer avec d'autres personnes à ce sujet, surtout si c’est quelqu'un de marié ou en couple, ou qui a un accord financier avec quelqu'un d’autre, les interprétations que nous avons sont la source de la plupart des disputes. Les gens se disputent au sujet des interprétations, pas des faits. La troisième chose est que lorsque cela se produit, les gens se retrouvent à prendre des mesures qu'ils n'ont jamais prises auparavant. Par exemple, ils appellent le créancier et demandent que le montant soit réduit. Ou ils appellent quelqu'un qu'ils n'ont jamais pensé appeler avant et le convainquent d’investir dans leur entreprise et trouvent de nouvelles sources d'argent qu'ils n'avaient jamais eu auparavant. Parce que, encore une fois, ce qui limite ce que nous pensons être possible, c'est l'interprétation de notre argent, pas l'argent lui-même.

BRUCE SELLERY : Très intéressant. David, merci beaucoup pour cette explication, à la fois délicieusement simple et brutalement complexe car vous introduisez une nouvelle notion, une nouvelle façon de penser et d'agir en ce qui concerne l'argent. Je vous remercie d’avoir pris le temps. David Cunningham est chef de programme chez Landmark Worldwide, une société de formation et de développement en croissance personnelle et professionnelle. Leur site web est landmarkworldwide.com.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail